mardi 15 janvier 2013

Girls: 2 prix mérités et 1 saison 2 prometteuse



Dimanche soir ont eu lieu les Golden Globes. Je passerai rapidement sur l’écrasante victoire de Homeland du côté des drama (meilleur acteur, meilleure actrice, meilleur série) : en toute franchise, même si j’aime beaucoup la série, c’est un peu exagéré, compte-tenu de la liste des concurrentes. N’oublions pas que la série avait déjà raflé deux de ces prix l’année dernière. Homeland, c’est très bien, mais c’est pas si parfait que ça. Bref. Non, la bonne surprise vient du côté des comédies : l’Association hollywoodienne de la presse étrangère (qui remet les Golden Globes) a couronné la série Girls, dont j’avais déjà parlé ici et qui avait reçu un excellent accueil critique lors de sa saison 1. Le hasard du calendrier a voulu que le premier épisode de la saison 2 soit diffusé sur HBO dimanche soir, au moment où Lena Dunham, créatrice et actrice principale de la série recevait deux prix, celui de la meilleure comédie et celui de la meilleur actrice comique. Coïncidence ? Non. Girls est un programme de qualité et ce premier épisode confirme ce succès.


On retrouve nos quatre héroïnes (enfin surtout trois d’entre elles) à peu près là où on les avait laissées. C’est-à-dire pas en super forme. Aucune d’elles n’est maquée, aucune d’elles n’est épanouie, mais aucune d’elles n’a perdu sa verve ou son énergie. Surtout pas Hannah, le personnage de Lena Dunham. Toujours aussi égocentrique et paumée que dodue et mal fagotée, elle continue de jouer la carte de l’ambiguïté avec son psychopathe de copain, l’étrange et pourtant ô combien charismatique Adam. Fidèle à elle-même, Dunham s’impose encore une ou deux scènes de quasi-nudité comme si, pour comprendre le pathétisme du personnage de Hannah, il fallait forcément voir les kilos en trop de son interprète. D’ailleurs, lors des Golden Globes, les excellentes Tina Fey (30 Rock) et Amy Poelher (Park & Recreations) ont fait allusion à cette étrange manie qu’a Dunham de se montrer à poil. Mais son jeu ne se limite pas qu’à ça et l’épisode confirme que le prix qu’elle a reçu dimanche soir lui revient légitimement.
De leur côté, Marnie et Soshanna se dépatouillent comme elles peuvent avec leurs exs respectifs, le romantique et timide Charlie (joué par Christopher Abbott, toujours très bon) et le moins subtil Ray. L’une comme l’autre se montrent tour à tour drôles et touchantes, et les comédiennes y confirment leur jeune talent même si, une fois encore, le jeu de Zosia Mamet, à la limite de la caricature l’emporte sur celui d’Allison Williams, plus classique. Quant à Jessa, on ne la voit quasiment pas de l’épisode, mais c’est sans doute pour mieux revenir la semaine prochaine.

En tout cas, avec cet épisode, la série est relancée avec brio. L’écriture, aux petits oignons, est toujours là, quelques répliques sont vraiment drôles et malgré tout, pleines de bon sens : « Si tu ne veux pas sortir avec moi, ça va, parce que je ne veux pas non plus sortir avec toi parce que je sors seulement avec des gens qui veulent bien de moi parce que ça s’appelle l'amour-propre. » Et les déclarations d’amour s’incrustent à l’improviste, entre deux dialogues bien sentis :
« Elle (vénère): Tu n'es pas aussi gentil que ça avec moi, je ne comprends même pas pourquoi tu voudrais m'avoir à tes côtés ?!
Lui (détaché) : Et bien, quand tu aimes quelqu'un, tu n'as pas à être tout le temps gentil.
Elle (scotchée) : … ok. ».
Et bim, en un petit rien, la série avance et les personnages continuent de prendre de l’épaisseur.
C’est tout ce qui fait le charme de la série : sous couvert de parler des petits problèmes existentielles de quatre (très) jeunes new-yorkaises globalement assez irritantes, la série aborde avec le plus grand sérieux qui soit les questions fondamentales de l’amour, l’amour-propre, l’amitié et la confiance (en soi). Qui plus est, Girls fait sans doute plus avancer le féminisme que 8 saisons de Desperate Housewives et 5 saisons d'Ally McBeal réunies. Et si le message n'est pas si révolutionnaire, la forme reste décalée. Et tant mieux. C’est sans doute ce qui a valu à Girls le prix de la meilleure série dimanche soir. Sur un plan strictement gaguesque, il est probable que Modern Family enchaine les vannes plus efficacement. Mais pas sûr que cette sitcom (que j’idolâtre par-dessus tout) aille aussi loin dans l’évolution de ses personnages, comme Girls peut le faire. 



Girls, c’était la série qui dérangeait l’année dernière. Cette année, elle devient en un épisode celle qu’on est ravi de retrouver. Ca fait grandement du bien de voir qu’un programme un peu chelou puisse parvenir à trouver son public. Même si les audiences étaient un peu décevantes pour ce retour de la saison 2 (mettons-ça sur le compte de la concurrence des Golden Globes diffusée sur une chaine nationale, NBC), gageons que les deux prix reçus sauront conforter le succès de la série. Et remercions au passage l’Association hollywoodienne de la presse étrangère d’avoir osé mettre un énorme coup de projecteur sur une série qui sort un peu de l’ordinaire !

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Un grand merci pour l'intérêt que vous portez à mon blog. Malheureusement, j'ai déjà un accord de ce type avec LePlus.com.

      Pour info, j'ai ajouté mon adresse mail à mon profil si vous souhaitez prolonger la discussion.

      Supprimer