samedi 5 janvier 2013

Les Invincibles: Ostie de calice, c'est tellement bon!



Les fêtes de fin d’année sont toujours un moment propice pour s’enfermer chez soi entre deux repas de famille et ainsi rattraper sous la couette le retard qu’on a pris dans les séries télés. Cette année n’a pas fait exception à la règle. Après avoir remis les pendules à l’heure (Dexter, Les Revenants, Homeland…), j’ai profité d’avoir un peu de temps pour m’avaler quasiment entièrement une série qui trainait chez moi depuis quelques mois : Les Invincibles. Mais attention, je ne parle pas de la version remakée par Arte en 2010, je parle de la version originale, tout droit venue du Québec entre 2005 et 2009. J’avais déjà vu la première saison qui m’avait beaucoup plu, et sans trop savoir pourquoi, je n’avais pas enchainé sur les deux saisons suivantes. Grossière erreur. Les Invincibles fait partie de ces rares séries qui s’améliorent saison après saison. Si j’avais un conseil pour 2013, matez les Invincibles. La preuve pas 5 :

Les storylines : Les Invincibles, c’est l’histoire de 4 trentenaires, PA, Steve, Rémi et Carlos, qui essayent tant bien que mal de grandir et de quitter le monde si confortable de l’adulescence. Et pour ça, à chaque saison sa méthode.
Dans la 1ère saison, les quatre amis signent un pacte qui les oblige à rompre avec leurs copines respectives à une date fixe et qui les empêche de faire durer toute nouvelle relation au-delà de deux semaines. L’objectif (foireux) est de vivre le plus d’expériences possible avant de se fixer sérieusement et ainsi ne pas avoir de regrets plus tard à la cinquantaine face au démon de midi. Evidemment, rien ne se passe comme il faut et les amis s’embourbent chacun dans des emmerdes sans fin. 

Dans la saison 2, les garçons décident de remonter la pente en s’engageant dans un "rallye du bonheur" : chacun d’entre eux se fixe un objectif concret à atteindre pour être à nouveau heureux (la saison 1 a fait des dégâts) : ils perçoivent pour se faire des cartes d’entraide qu’ils peuvent abattre à tout moment, obligeant les 3 autres camarades à voler à leur secours à tout moment. Là encore, cette recherche un poil artificielle du bonheur va les mener dans le mur.

Dans la saison 3 (la meilleure, et de loin, selon moi), ce sont les filles qui prennent le contrôle en mettant en place un plan d’action qui vise à faire grandir leurs mecs, trop gamins à leur gouts. D’abord conciliants et dociles, les garçons acceptent sans rechigner ces règles tout aussi débiles que celles érigées dans les saisons précédentes. Puis, fatalement, ils vont finir par se rebeller et continuer à faire les cons. Mais à ce jeu-là, les filles ne sont finalement pas si mauvaises…

Trois saisons, trois histoires bien ficelées, originales, et quasi-bouclées (ou presque). C’est plutôt rare de voir des séries qui proposent si distinctement des storylines aussi parfaitement construites et aussi identifiables d’une année sur l’autre. Au final, on sent les scénaristes en pleine possessions de leurs scripts et l’évolution des personnages n’en est que plus facile à suivre.

Les personnages : Justement, ces personnages font, comme bien souvent, toute la saveur de la série. Malgré le titre des Invincibles (qui se réfère à leurs alter-égos imaginés et dessinés par Carlos, fan  de comics), il faut bien reconnaitre qu’on n’a pas vraiment affaire à des super-héros. C’est même plutôt l’exact opposé. Les 4 compères ne sont pas loin d’être de vrais losers. Pas loin mais pas complètement. Ils ont certes des défauts plus gros qu’eux : PA est égocentrique, Carlos est mou du genou, Steve est limite pervers et Rémi a du mal à voir la réalité en face. Mais ils sont touchants. D’une part parce qu’ils s’aiment vraiment, ces quatre-là. Ils ont beaux se battre de temps en temps, entre eux, c’est plutôt à la vie à la mort… D’autre part, parce que même s’ils mettent du temps, ils finissent toujours par apprendre de leurs erreurs. Et c’est ça qui est bon avec les Invincibles : les personnages grandissent et évoluent joliment au fil des épisodes. Certains passent par des périodes un peu plus darks (Steve et Carlos, entre autres), d’autres par des moments de cruelles humiliations (Rémi ou PA), mais au final, on ne quitte pas les personnages comme on les a trouvés. Là où certaines séries passent 8 ans à faire évoluer leurs persos principaux (non, je ne vise pas du tout Grey’s Anatomy), Les Invincibles offrent un vrai changement à ces héros (voire même une vraie mutation si on veut filer la métaphore des super-héros).
Alors forcément, dans le lot, on a chacun ses préférés. Moi, du côté des garçons, j’aime beaucoup Rémi (Rémi-Pierre Paquin, très juste), le guitariste un peu ringard qui a bien du mal à se trouver une place sérieuse dans la société. Je trouve très réussie et très sincère la relation qu’il entretient avec Vicky (excellente Amélie Bernard). Et je suis totalement fan des dernières scènes du personnage qui montrent un Rémi hyper sensible (je n’en doutais pas), peut-être le plus sensible des quatre. Chouette personnage. Ce qui ne veut pas dire que les autres ne m’intéressent pas, loin de là.
Du côté des filles, c’est Lyne-la-pas-fine qui remporte la pole position haut la main. Ce personnage castrateur, emmerdant et manipulateur forme un super duo avec Carlos et connait elle aussi une jolie évolution au fil de la série. Les motivations de Lyne sont pour autant toujours très explicites, si bien qu’on parvient aisément à s’attacher à elle, LA méchante de l’histoire. Une grande force de la série.

Les comédiens : Si à l’écriture, les storylines étaient parfaites et les personnages réussis, il fallait un sacré cast pour assurer le tout. Et là, il n’y a pas à tortiller pendant des heures, ils sont tous excellents. Sans être des beaux gosses bodybuildés ou des bombasses botoxées, le casting se trouve être composés d'acteurs et d'actrices, qui nous ressemblent, tous plus charmants, séduisants et charismatiques que les autres. Et ça fait du bien!

Les quatre comédiens principaux, évidemment, font preuve d’un talent vraiment remarquable. Une petite mention à Pierre-François Legendre (qui interprète Carlos) pour des scènes comme celle du cassage de montre en saison 1 ou du dernier épisode de la saison 3 : il parvient à nous prendre aux tripes sans qu’on s’y attende, et ça c’est plutôt fort pour une comédie. J’aime aussi beaucoup le jeu de François Létourneau, également auteur de la série, qui ne s’est pas offert le rôle le plus flatteur de la série mais qui parvient à humaniser PA, un personnage pourtant aussi égoïste que tête à claque. Enfin, Patrice Robitaille s’en sort pas mal non plus, et ce en sachant qu’il est loin d’avoir les scènes les plus flatteuses et les plus faciles à jouer (son personnage a parfois des gouts sexuels un peu hors normes surtout en saison 1). 
Coté des filles, sans vouloir en remettre une couche, Catherine Trudeau réussit un tour de force en faisant de Lyne un personnage qu’on affectionne sincèrement (l'actrice a même reçu un prix Gémeaux pour son interprétation, équivalent des 7 d'Or pour la télé québécoise). J'ai déjà mentionné Amélie Bernard, j'ajouterais donc un mot sur Kathleen Fortin, tout en douceur et en sourires, parfaite dans le rôle de Cynthia. Je terminerai en mentionnant le jeu Gremain Houde, qui interprète le père de PA et dont les coups de gueule réguliers font partie des grands moments de la série.

Le québécois : je fais partie de ces gens qui pourraient écouter du québécois pendant des heures (et ce, sans moquerie aucune, j’aime vraiment ça !). Du coup, avec Les Invincibles, j’ai été servi ! C’est un bonheur pour les oreilles. Ça reste largement compréhensible pour des petits français peu habitués, si tant est qu’on ait un minimum de vocabulaire d’outre-atlantique. Mon conseil, apprenez quelques mots comme chum, bobettes ou crosser, méfiez-vous des faux amis comme fin ou chauvin et revoyez votre stocks de juron : c’est facile, tout ce qui a rapport à la religion peut donner lieu à une insulte: tabarnak, calice, ostie et criss (les combinaisons sont aussi possibles : Ostie de calice de tabarnak ! vous indique un québécois très énervé). Finalement, on s’y habitue très vite et c’est même parfois contagieux. Fais qu’là, j’ai-tu l’air de parler mal ? Beh voyons donc, je crois pas pantoute ! Pis, è est bien fun à jaser, c’te langue-là ! C’est plate qu’en France, on est pô tenté d’apprendre…

Le final : je ne dévoilerai rien du final de la série mais c’est un sacré tour de force. La série est assurément une comédie, même si certains passages sont vraiment émouvants ou tendus. Mais dans l’ensemble, on se marre plutôt dans les Invincibles. Et pourtant, les scénaristes ont choisi de nous épargner le happy end en fin de série, et c’est tant mieux. Comme-ci les personnages avaient remplis leur mission de quitter le monde de l’adolescence où on passe son temps à se marrer pour entrer pleinement dans le monde des adultes où la réalité nous rattrape parfois plus vite qu’on ne le voudrait. A la fin, on reste un poil frustré (parce qu’on voudrait continuer à les suivre), mais vraiment comblé d’avoir vu une série surprenante jusqu’au bout.


Même si la série est un véritable carton au Québec (et on le comprend), je sais que pour les français, elle n’est pas facile à trouver (la saison 1 est sur Amazon.fr), mais si vous avez l’occasion de la voir, ça vaut vraiment le coup. Je remercie haut et fort mon frère Montréalais de m’avoir fait découvrir ce bijou. Ca faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir devant une télé-série, comme ils disent ! Ils vont me manquer, c’est sûr !


2 commentaires:

  1. J'étais curieux de connaitre l'opinion d'un français sur la version québécoise de Les Invincibles, versus la version "made-in-France" et, gracieuseté de ton excellent billet, tu as amplement satisfait ma curiosité.

    En passant, étant donné que notre accent ne semble pas être une barrière pour toi, je te recommande fortement de mettre la main sur le film Horloge Biologique.

    Je suis persuadé que tu vas aimer et, en prime, tu aura le plaisir de revoir Pierre-François Legendre et Patrice Robitaille.

    Je te laisse le lien sur Youtube, en espérant qu'il n'est pas bloqué outre-atlantique.

    http://www.youtube.com/watch?v=10Lk-gNY0Zs

    RépondreSupprimer
  2. Français aussi, je me régale des série québécoise bien meilleures que les niaiseuses made in France....
    Les invincibles est l'une des meilleures que j'ai vu, après le final elle est resté dans ma têtes des mois !
    A voir aussi "les rescapés" on ne décolle pas de l'écran avant la fin.
    Merci frères québécois pour les grands moments que vous me faites passer.

    RépondreSupprimer