vendredi 23 novembre 2012

Friends à Thanksgiving: des moments de grâce



Hier, c'était Thanksgiving aux Etats-Unis. Fête familiale au cœur de la culture américaine, elle est naturellement présente dans un très grand nombre de séries. Autour de la sempiternelle dinde démesurée, cette réunion de famille est souvent l’occasion pour les scénaristes de faire avancer les histoires à coup de clashs, de déballages et de lavage de linge sale. Thanksgiving est rarement de tout repos. Mais peu de séries arrivent à la cheville de Friends qui a mis un point d’honneur chaque année à se transcender pour l’occasion et à nous servir des épisodes qui comptent parmi les meilleurs de la série. Petit passage en revue et classement de 10 années de repas souvent sanglants chez nos amis new-yorkais.

Neuvième place : Celui qui n'aimait pas les chiens (The One Where Chandler Doesn't Like Dogs) saison 7.
Le pitch : Ross se prend la tête sur le jeu des États-Unis (il doit en citer un maximum en un minimum de temps). Phoebe essaye de faire accepter un chien abandonné à Chandler qui en a une peur bleue. Et Rachel essaye de faire venir Tag au repas.
Pourquoi c’est culte ?
Pour le jeu des États. Clairement. C’est la seule histoire réellement mémorable de l’épisode. Et notamment lorsque Phoebe décide d’arrêter de lister les états et de compter les différentes sortes de céleri à la place. A l’heure qu’il est, elle n’en a trouvé qu’un : le céleri.

Huitième place : Celui qui parle au ventre de sa femme (The One Where Underdog Gets Away) Saison 1.
Le pitch : Monica se charge d’organiser le repas et se plie en quatre pour ses amis en tenant compte de leurs goûts. Résultat : elle se retrouve à préparer trois sortes de pommes de terres. Mais finalement, à cause de l’envol d’un des ballons géants de la mythique parade de Macy’s, le groupe d’amis se précipite sur le toit de l’immeuble et s’enferme dehors, laissant les dindes bruler dans le four.
Pourquoi c’est culte ?
Pour la scène d’hystérie de Monica qui hurle dans le couloir, impuissante face à son repas qui part en fumée.
Pour la réplique : "Et voilà : les pommes de terre sont brulées, les pommes de terre sont brulées et les pommes de terres sont brulées !".
Et pour les "woosh, woosh woosh" de Rachel qui s’imagine encore sur le point de partir au ski avant l’intervention du ballon géant. Un premier thanksgiving marrant, sans plus mais qui pose certaines bases pour les saisons à venir, comme par exemple, le fait que Chandler déteste cette fête.

Septième place : Celui qui était dans la caisse (The One With Chandler In A Box) Saison 4
Le pitch : pour prouver à quel point il est désolé d’avoir trahi Joey en lui piquant sa copine, Chandler est prêt à s’enfermer dans une caisse le plus longtemps possible. De son coté, Ross reproche à Rachel d’échanger systématiquement tous les cadeaux qu’on lui offre. Monica sort avec le fils de Richard.
Pourquoi c’est culte ?
Pour la caisse, évidemment : situation totalement absurde (et presque émouvante sur la fin) dans laquelle Matthew Perry parvient à nous faire marrer en étant totalement enfermé dans une boite (à l’exception de trois malheureux doigts). Jolie performance.
Et aussi pour les frissons de dégout qui secouent Monica lorsqu’elle embrasse le fils de Richard en repensant à ce dernier.

Sixième place : Celui pour qui le foot c'est pas le pied (The One With The Football) saison 3.
Le pitch : Monica et Ross entrainent leurs amis dans une compétition de football américain pour savoir qui des deux remportera la mythique coupe Geller de leur enfance. Chandler et Joey se disputent les faveurs d’une jolie hollandaise, Margha.
Pourquoi c’est culte ?
Pour les séquences musicales durant lesquelles les deux équipes se font les pires coups-bas pour gagner des points, à mille lieux des règles de la sportivité. Seins à l’air, froc baissé, plaquage non règlementaire, tout est bon pour écraser l’adversaire. Mention spéciale aux ralentis poilants sur fond de Chariots de Feu.
Pour les mesquineries et les gamineries de Ross et Monica, bien seuls dans leur délire enfantin, et ce, jusqu’au bout de la nuit.
Pour Rachel qui nous rappelle tellement les moments où on n’était jamais choisi dans les équipes en cours d’EPS.
Pour la blague intraduisible de Joey qui confond Netherlands (les Pays-Bas, pays originaire de la belle Margha) et Neverland (pays imaginaire de Peter Pan).
Seul épisode à se dérouler en majeure partie en dehors de l’appartement de Monica (exception faite de celui, un peu particulier des flashbacks), l’histoire met cette fois l’accent sur une autre tradition incontournable de cette fête : le foot américain. Et c’est toujours aussi bon.

Cinquième place : Celui qui était vexé (The One With Rachel's Other Sister) Saison 9
Le pitch : Amy, la sœur ainée de Rachel s’incruste pour le diner. Monica hésite à se laisser convaincre d’utiliser le beau service de table qu’elle réserve pour les grandes occasions. Joey demande à Phoebe des conseils pour mentir et se justifier d’avoir oublié de participer à la parade de Macy’s (encore elle) avec ses collègues comédiens.
Pourquoi c’est culte ?
Pour Christina Applegate (la fille des Bundy dans Mariés, deux enfants), absolument mythique dans le rôle d’Amy, qui reviendra dans la saison 10 pour une deuxième apparition tout aussi réussie. Egoïste, vénale, blonde (au sens propre comme au sens figuré), Amy est impitoyable avec les gens, si tant est qu’elle se souvienne d’eux ou qu’elle daigne leur parler.
Pour l’obsession de Monica avec ses assiettes de porcelaine et pour la scène finale où elle tente désespérément de protéger son service face aux disputes des deux sœurs et qui manque de s’évanouir quand l’impensable finit par arriver.

Quatrième place : Celui qui avait des souvenirs difficiles à avaler (The One With The Thanksgiving Flashbacks) Saison 5.
Le pitch : à la suite d’un repas de fête un peu trop copieux, les 6 amis se remémorent leurs pire Thanksgiving.
Pourquoi c’est culte ?
Pour les vies antérieures bien pourries de Phoebe qui en a décidément bien chié !
Pour la révélation de ce qui s’est réellement passé dans la jeunesse de Chandler, entre son père et le serveur. "More turkey, Mister Chandler ?"
Pour Joey qui se retrouve la tête coincée dans le cul d’une dinde. Et pour Monica qui renouvelle cet exploit mais en rajoutant une petite danse bien ridicule et en faisant une peur bleue à Joey.
Pour le costume de grosse de Monica et le vieux nez de Rachel. Ils reviennent tous deux souvent dans la série, mais c’est toujours drôle.
Pour les looks impensables de Ross et Chandler, calqués sur Miami Vice.
Pour l’incident du couteau de cuisine qui, sur la musique de Psychose, vient amputer Chandler d’un orteil.
Les flashbacks : joli exercice de style, pas hyper original mais vraiment bien exploité.

Troisième place : Celui qui ratait Thanksgiving (The One With The Late Thanksgiving) Saison 10.
Le pitch: contrairement aux autres années, Monica a décidé de ne pas gérer le diner de Thanksgiving. Mais sous la pression du groupe, elle finit par accepter. Sauf que tout le monde arrive avec plusieurs heures de retard. Pour se venger, Monica refuse de les laisser entrer.
Pourquoi c’est culte ?
Pour la moralité très limite de Rachel qui n’hésite pas à inscrire sa fille à un concours de beauté, histoire de gagner des ronds, quitte à dauber sur les autres concurrents.
Pour la sauce aux airelles que Chandler se vante d’avoir préparée et dont tout le monde se fout.
Pour le Pierre, Papier, Ciseau, Feu de Joey battu par le Ballon d’eau de Phoebe…
Pour toute la deuxième partie de l’épisode, lorsque que les 4 invités en retard tentent de convaincre Monica et Chandler de les laisser entrer. Tout est mythique : les têtes qui flottent, la bave de Joey, le "Congratulations" de Rachel, la veine de Monica ! C’est parfait. Et quand Joey reste coincé, la tête prise dans l’ouverture de la porte, ses potes préfèrent lui remplirent le falzar de conneries plutôt que de l’aider. Cette scène compte définitivement parmi les meilleures de la série.
Allez, ça m'arrive pas souvent, une petite private joke:

Deuxième place : Celui qui avait fait courir la rumeur (The One With The Rumor) Saison 8
Le pitch : Monica a fait venir Will, son ancien ami obèse pour les festivités. Sauf que Will est devenu super beau et qu’il ne va pas tarder à ré-ouvrir le club des "gens qui détestent Rachel" avec son co-fondateur, Ross et à déterrer tous les vieux dossiers.
Pourquoi c’est culte ?
Parce que Will, c’est Brad Pitt. A l’époque du tournage, il était marié à Jennifer Aniston. Et avoir choisi que les deux personnages incarnés par le couple se détestent était un joli contre-emploi. Evidemment, aujourd’hui, l’épisode doit faire grincer des dents la comédienne…
Pour la réaction de Phoebe (en transe) et de Chandler (un brin jaloux) quand ils découvrent Brad (à 0:40 dans la vidéo qui suit). Et pour l’enthousiasme avec lequel Phoebe finit par embrasser Brad.
Pour Joey et sa dinde qu’il va s’enfiler seul tout, dans les futes de grossesse de Phoebe.
Pour la rumeur que Will et Ross avaient fait courir sur Rachel et qui avait fait le tour du monde (ou en tout cas, le tour de l’état de Long Island). Faut dire qu’une pom-pom girl qui aurait la particularité d’avoir un pénis, ça fait jaser. Le jeu des vérités qui suit cette révélation faut aussi son pesant de cacahuètes : il faut voir Ross se défendre de l’amour qu’il éprouvait pour la vieille bibliothécaire du lycée.

Première place : Celui qui s'était drogué (The One Where Ross Gets High) saison 6.
Le pitch : les parents Geller sont invités pour le repas. L’objectif : leur faire aimer Chandler avant de leur annoncer qu’il sort avec Monica. Mais à cause de vieux mensonges de Ross, la tâche ne sera pas aisée. De son coté, Rachel se lance dans la préparation d’un gâteau un peu particulier et Joey essaye d‘accélérer les festivités pour rejoindre sa colloc Jeanine (on le comprend, il s’agit quand même d’Elle McPherson).
Pourquoi c’est culte ?
Pour les fantasmes bien chelous de Phoebe sur Jack Geller et Jacques Cousteau.
Pour la cuisine de Rachel et la dégustation de son gâteau infect. Un grand moment de la série : Monica qui feint (très mal) d’aimer le dessert, Ross qui engloutie tout pour que Rachel ne puisse pas y gouter, Phoebe qui, végétarienne, profite que Rachel ait mis du bœuf dans son plat pour échapper au supplice et Joey qui trouve ça sincèrement délicieux.
Pour la scène finale où, par vengeance, Monica et Ross balancent toutes les vérités qu’ils ont toujours cachées à leurs parents, déclenchant ainsi une vague de révélations qui gagne peu à peu tout le groupe. La scène est parfaitement écrite, parfaitement jouée ; ça se passe de commentaires :


Globalement, ces épisodes sont des pures merveilles d’écriture et de jeu. Souvent à huit-clos, la série se concentre sur ses six héros et évite de faire intervenir des personnages extérieurs. Et quand ça arrive, ces invités sont mêlés malgré eux aux histoires personnelles des héros qui s’apparentent plus à des querelles familiales qu’à des embrouilles de potes. On dit qu’on ne choisit pas sa famille, mais peut-être qu’on choisit ses amis uniquement dans le but de reproduire des schémas familiers…
Le meilleur de la série a eu lieu pendant Thanksgiving et n’a pas pris une ride. Ça donne envie d’envoyer valser How I met your Mother (qu’on décrit à tort comme l’héritière de Friends) et de se refaire l’intégrale de cette série décidément culte.

NB : On notera que seule la saison 2 n’exploite pas la fête de Thanksgiving. Les scénaristes étaient plus préoccupés par la romance de Ross et Rachel qui démarrait (mal) à ce moment-là.

3 commentaires:

  1. Souvent les meilleurs épisodes !! :D

    RépondreSupprimer
  2. ah lala ce petit best of me donne envie de re(re, re, re) voir l'intégrale !
    quand on regarde how I met your mother sur plus de 3 saisons, on se prend à comprendre pourquoi faire 10 saisons de cette qualité était un tour de force...
    snif...

    RépondreSupprimer
  3. Une série mythique que j'ai toujours plaisir à regarder.

    RépondreSupprimer